Douleur et atrophie du cerveau

Novembre 2004, un chercheur américain, le Dr Apkar Vania Apkarian, publie une étude qui démontre hors de tout doute que la douleur chronique produit une réduction de 11 % de la matière grise du cerveau. Les sujets de son étude étaient des individus qui souffraient de maux de dos chroniques.

Le travail du Dr Apkarian illustrait que la diminution du volume cérébral était directement proportionnelle au nombre d’années pendant lesquelles ces personnes avaient souffert de leur lombalgie. Cette diminution du volume du cortex préfrontal et du thalamus équivalait à 10 ans de vieillissement « normal » du cerveau.

Étonnement général chez les chercheurs et les cliniciens. Par contre, panique et désarroi chez les gens qui souffraient de douleur persistante.

Depuis la parution de cette étude, de nombreux chercheurs ont démontré le même phénomène dans les cas de fibromyalgie, de syndrome douloureux général complexe (algodystrophie réflexe), de migraine et du syndrome du colon irritable. Cette atrophie de certaines régions du cerveau pourrait expliquer pourquoi les douloureux chroniques éprouvent des problèmes de concentration, de mémoire et autres troubles cognitifs.

 

Réversibilité

La bonne nouvelle est que ce phénomène est réversible. Une étude effectuée à l’université McGill en 2011 et pilotée par le Dr David Seminowicz démontre que les douloureux chroniques affectés par ces changements dans la structure physique de leur cerveau peuvent inverser le phénomène. En effet, les participants de l’étude ont vu leur cerveau revenir à la normale après avoir réussi à diminuer et à éliminer leur douleur.

Exercice et BDNF

Un des mécanismes qui expliquerait la réversibilité de l’atrophie de certaines régions du cerveau conséquente à une douleur persistante pourrait être lié à l’exercice. En effet, l’exécution régulière d’un programme d’exercices stimule la production du facteur neurotrophique issu du cerveau (Brain-Derived Neurotrophic Factor en anglais) ou BDNF. Le BDNF est un membre d’une famille de composés chimiques, les neurotrophines, qui agissent littéralement comme un engrais pour les cellules du cerveau. Le BDNF favorise la neurogénèse, c’est-à-dire la formation de nouveaux neurones, ce qui pourrait contrecarrer l’atrophie induite par une douleur qui dure depuis des mois, voire des années. De plus, le BDNF favorise les connexions entre les neurones, que l’on nomme synapses, et qui sont les fondements de l’efficacité du fonctionnement de notre cerveau.

Ceci pourrait expliquer, en partie, pourquoi l’exercice est tellement efficace dans la prise en charge des syndromes de douleur persistante.

 


Autres textes relatifs

Merci à Mme Diane Simard pour la correction des textes 🙂

 

 

 


 

 

5 réflexions sur “Douleur et atrophie du cerveau

  1. Bonjour monsieur Campbell,
    Après lecture et l’écoute de quelques vidéos sur votre site, j’aimerais avoir la possibilité de pouvoir si vous le permettez, de partager certains vidéos.
    Merci à vous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s