Orthèse plantaire : pour ou contre ?

Une orthèse est un appareillage qui compense une fonction absente ou déficitaire, assiste une structure articulaire ou musculaire, stabilise un segment corporel pendant une phase de réadaptation ou de repos. Elle diffère donc de la prothèse, qui remplace un élément manquant.

La question est de savoir à partir de quel niveau de dysfonction il convient de compenser. J’ai pour ma part une différence de 0.25 cm entre ma jambe droite et ma jambe gauche et je pratique la course à pied depuis 39 ans sans aucun problème. L’ensemble de mes systèmes fonctionnels humains se sont adaptés à ce «défaut de fabrication» et tant et aussi longtemps que je demeurerai à l’intérieur de certains paramètres de charge (i.e. distance, vitesse, récupération, etc) je n’aurai aucun problème. En fait, l’introduction soudaine d’une orthèse visant à corriger mon soi-disant problème pourrait créer un problème là où il n’y en avait pas auparavant (c’est ce que l’on nomme une intervention iatrogène) .

Dans un article sur ce sujet, le Dr Simon Benoit nous explique que l’alignement parfait ou idéal des segments hanche-genou-cheville est un concept dépassé. Selon lui, chaque individu possède sa propre biomécanique et est adapté à son propre alignement des structures.

Cliquez ici pour la suite


Autres articles :

L’arme secrète en entraînement de l’endurance …

Le  Dr Guy Thibault récidive avec un article sur le métabolisme et l’entraînement anaérobie :

«Bien que les compétitions d’endurance sollicitent fortement le système aérobie, c’est davantage la capacité anaérobie qui fait la différence dans les moments cruciaux. Tôt ou tard, le VO2max et l’endurance atteindront un plateau ; les possibilités de s’améliorer passent alors par l’entraînement d’une autre qualité : la capacité anaérobie.»

Cliquez pour la suite.


Autres articles :

L’évaluation en contexte de douleur chronique

Bon article de nos cousins français (dont c’est la fête nationale aujourd’hui !) sur l’évaluation de la douleur. Le même modèle (le modèle biopsyhosocial) sera vu lors de notre certification cet automne (cliquez ici pour la brochure).

« Les auteurs de l’article ont donc décidé de proposer un guide d’évaluation clinique permettant de mieux comprendre les différents aspects biopsychosociaux à prendre en compte lors de la prise en charge d’une personne souffrant de douleur chronique. »

Cliquez ici pour la suite.


Vous êtes kinésiologue, physiothérapeute, ergothérapeute, thérapeute du sport (B.Sc.) ou thérapeute en réadaptation physique et vous voulez intervenir avec des individus soufrant de douleurs chroniques ?

Cette certification est pour vous.

Au programme :

  • Présentation spéciale : le dos de John F. Kennedy
  • Historique, épidémiologie et modélisation
  • Neurophysiologie de la douleur
  • Psychologie de la douleur
  • Pharmacologie de la douleur
  • Gestion de la douleur chez l’athlète
  • La réadaptation par l’exercice
  • Physiopathologie et biomécanique vertébrale
  • Concepts en ergothérapie et réadaptation au travail

Conférenciers

Mélanie Bétournay, M.Sc., D.O., SRDC , Kinésiologue—ostéopathe

Étienne Beauchemin, B.Pharm. SRDC, Pharmacien

Yvan Campbell, M.Sc., CSCS, SRDC , Kinésiologue

Isabelle Nadeau, B.Erg., SRDC, Ergothérapeute

Alain Delorme, B.Éd.,  SRDC, kinésiologue –  préparateur physique

Sylvain Gervais, Ph.D., R.C.P.S.S., SRDC, Psychologue

Patrick Roy, B.Sc., SRDC, Kinésiologue

Isabelle Perreault, B.Pht., SRDC, Physiothérapeute


Informations, demande d’admission et inscription :

Mme Sylviane Pichette : 514 946-3475

Cliquez ici pour accéder à la page web de la certification

Cliquez ici pour le feuillet

 

Un outil de plus pour perdre du poids !

De plus en plus de chercheurs et de cliniciens s’intéressent au concept du jeûne intermittent. J’expérimente moi-même cette méthode depuis presque deux ans, et quoique ce changement de comportement exige une période d’adaptation physique et psychologique, les effets sont surprenants.

Même si l’approche demande un encadrement professionnel, pour certaines personnes les experts affirment que le jeûne intermittent est la solution autant en prévention primaire qu’en prévention secondaire des maladies cardiaques, le diabète de type 2 et l’obésité.

Le Dr Martin Juneau en parle dans son dernier billet :

« De plus en plus de scientifiques s’intéressent au jeûne comme moyen de profiter des bénéfices associés à la restriction calorique.  Au lieu de diminuer uniformément la quantité de calories consommées chaque jour, ce qui semble quasi impossible à réaliser pour la majorité des gens, il s’agit plutôt de faire alterner des périodes où l’apport alimentaire est normal avec des périodes de jeûne plus ou moins prolongées.

Ce qu’on appelle le « jeûne intermittent »

Cliquez ici pour la suite


Vous êtes kinésiologue, physiothérapeute, ergothérapeute, thérapeute du sport (B.Sc.) ou thérapeute en réadaptation physique et vous voulez intervenir avec des individus soufrant de douleurs chroniques ?

Cette certification est pour vous.

Au programme :

  • Présentation spéciale : le dos de John F. Kennedy
  • Historique, épidémiologie et modélisation
  • Neurophysiologie de la douleur
  • Psychologie de la douleur
  • Pharmacologie de la douleur
  • Gestion de la douleur chez l’athlète
  • La réadaptation par l’exercice
  • Physiopathologie et biomécanique vertébrale
  • Concepts en ergothérapie et réadaptation au travail

Conférenciers

Mélanie Bétournay, M.Sc., D.O., SRDC , Kinésiologue—ostéopathe

Étienne Beauchemin, B.Pharm. SRDC, Pharmacien

Yvan Campbell, M.Sc., CSCS, SRDC , Kinésiologue

Isabelle Nadeau, B.Erg., SRDC, Ergothérapeute

Alain Delorme, B.Éd.,  SRDC, kinésiologue –  préparateur physique

Sylvain Gervais, Ph.D., R.C.P.S.S., SRDC, Psychologue

Patrick Roy, B.Sc., SRDC, Kinésiologue

Isabelle Perreault, B.Pht., SRDC, Physiothérapeute


Informations, demande d’admission et inscription :

Mme Sylviane Pichette : 514 946-3475

Cliquez ici pour accéder à la page web de la certification

Cliquez ici pour le feuillet

L’entraînement par intervalles pour les 55 ans et plus : le retour de l’intensité !

«One famous and still ongoing study in Japan recruited adults past age 55 and found that interval walking — in which volunteers stride briskly for three minutes and then slowly for another three — enabled the older men and women to improve their endurance and blood pressures to a greater extent than walking moderately for the same amount of time.»

Cliquez ici pour la suite.

Deux articles, un vidéo-clip et un résumé de présentation pour vous :