Le mouvement est le principe de toute vie

19 wp

Les anciens, dont Léonard de Vinci, reconnaissaient l’importance du mouvement et de l’activité physique.

En étudiant ses codex, on constate que celui-ci a peut-être été le premier biomécanicien en étudiant et en intégrant les principes de la physique mécanique à l’anatomie du corps humain.

 

 

En terminant, Léonard sur sa vision de la sédentarité :

Le fer se rouille faute de s’en servir, l’eau stagnante perd sa pureté et se glace par le froid. De même, l’inaction sape la vigueur de l’esprit.

Léonard de Vinci

L’activité physique et traitement contre la dépression

clinique-kinesiologieBon article du kinésiologue et professeur à l’UQAM Paquito Bernard.

Cliquez ici


Textes relatifs :

Vendeur ou conseiller en chaussures?

walk linkedinLa prochaine fois que vous irez dans une boutique de course pour l’achat de souliers, soyez alerte et averti. De la sorte, vous ferez un choix éclairé et pourrez reconnaitre les mythes, erreurs et imprécisions entretenus par le marketing, et relayés dans les boutiques !

Bon article du spécialiste Blaise Dubois :

http://lacliniqueducoureur.com/coureurs/blogue/archives/vendeur-ou-conseiller-en-chaussures/

Les ventouses aux Olympiques : retour vers le moyen-âge ?

moyen ageQuestion de H. V. sur Linkedin :

« Je serais fort intéressé de savoir ce que vous pensez du « cupping », dont vous avez sans doute entendu parler récemment (son utilisation par nombre d’athlètes à Rio fait jaser ces temps-ci). Simple phénomène de mode ? Réellement efficace ? »

Qu’en est-il ?

La ventouse, le terme français pour « cupping »,  est un récipient, habituellement en verre et en forme de cloche, destiné à soigner en induisant une « révulsion » par effet de succion sur la peau (Wikipédia). Certains kinésithérapeutes (on nomme ainsi les physiothérapeutes en Europe francophone) prétendent que « les ventouses permettent de modifier la circulation locale, de décongestionner la zone atteinte, de mettre en mouvement l’œdème et de contribuer à l’homéostasie du tendon qui souffre, tout en atténuant la douleur ».

Et au Québec ?

L’approche est aussi utilisée en Amérique du Nord et même au Québec. La semaine dernière, un de mes clients m’a montré les ecchymoses caractéristiques sur son dos. Celui-ci était très satisfait du traitement et s’était lui-même acheté un « kit » de ventouses avec la pompe… L’efficacité personnelle !

Traitement éprouvé ?

Plus sérieusement, chez mes collègues physiothérapeutes et TRP,  le débat fait rage depuis quelques semaines : sérieux ou non, les ventouses ?

Le physiothérapeute et kinésiologue anglais Adam Meaking (blog The sports physio) qualifie sans hésitation ce traitement de stupide.

Il allègue même que la plupart des thérapeutes qui utilisent cette approche ne sont pas des ignares : ils se construisent simplement un certain « capital professionnel » en profitant du fait que ce genre de méthode produit un effet placebo.

Meaking affirme qu’en plus d’être contre toute éthique de la profession, ce genre de pratique contribue à la surmédicalisation et peut même rendre les gens encore plus dépendants des approches passives en traitement de la douleur.

À quand les saignées maintenant ?…

Thermolésion, efficace ou non ?

Beaucoup de gens m’écrivent pour savoir si la thermolésion peut être une solution au problème de la douleur persistante au dos ou au cou.

La thermolésion par radiofréquence consiste à détruire, au moyen d’une électrode produisant une chaleur de 80 °C, la branche médiane du rameau postérieur de la racine nerveuse qui transmet l’influx nociceptif au cerveau, ce qui entraîne une dénervation de l’articulation facettaire (Médecin du Qc, vol 48, janvier 2013).

La littérature scientifique sur cette procédure est assez claire : la thermolésion est une solution relativement efficace à court terme (quelques semaines) si les sujets sont bien choisis, mais non-efficace à long terme. (cliquez ici).

Voici ce que le professeur Denis Vesvard en pense :